Alexis Vrignon – Le fait nucléaire en Polynésie après la fin des essais. Mémoires conflictuelles et patrimonialisation

Entre 1966 et 1996, la France procède à 193 essais en Polynésie française sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Cette présentation analysera la manière dont la fin officielle des expérimentations ne met pas fin au fait nucléaire en Polynésie mais inaugure une nouvelle phase, conflictuelle, où les enjeux mémoriels, environnementaux et sanitaires sont en débat. Après avoir analysé le processus inachevé de constitution d’une mémoire collective consensuelle, cette communication étudiera les ambivalences des mémoires individuelles chez les Polynésiens ayant travaillé pour le Centre d’Expérimentation du Pacifique. Enfin, les difficultés à mettre en oeuvre une patrimonialisation des sites seront abordées”. 

Agrégé et docteur en histoire, Alexis Vrignon est enseignant-chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’intéresse à l’histoire environnementale en Europe et dans le Pacifique. Il a notamment travaillé pendant deux ans en tant que chercheur post-doctorant dans le cadre du programme “Histoire et mémoires des essais nucléaires dans le Pacifique”. 

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.



Citer ce billet
Joëlle Saucès (2022, 31 mars). Alexis Vrignon – Le fait nucléaire en Polynésie après la fin des essais. Mémoires conflictuelles et patrimonialisation. Les Jeudis d'ITEM. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qkax

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search